• Spain 16 France Israel america
x
x

Your search results

Environ 46.000 appartements fantômes en Israël –

Posted by ranit on September 11, 2016
| 0

Environ 46.000 appartements fantômes en Israël – Ministère des Finances a approuvé l’augmentation de la perception de l’impôt foncier

Cette semaine, le ministère des Finances a donné son approbation aux autorités locales de percevoir une augmentation des impôts fonciers pour les propriétaires d’appartements vides ; le processus de collecte a déjà commencé à Tel Aviv, Jérusalem et Haïfa – au lieu de 46 NIS par mètre carré d’espace résidentiel, les propriétaires paieront 220 NIS par mètre carré. Il est temps de faire habiter ces appartements !

LAGURanit

La bataille contre les propriétaires qui laissent leur propriété vide qui a été initié par la municipalité de Jérusalem, a reçu son approbation définitive cette semaine lorsque la suggestion du ministre des Finances, Moshe Kahlon, d’imposer des taxes sur les propriétés non utilisées a été approuvé. Selon la motion adoptée par le cabinet de logement du ministère des Finances, les autorités locales peuvent fixer une surtaxe plus élevé sur  l’impôt foncier pour un appartement non utilisé dans sa juridiction, à un taux différent du taux d’un appartement résidentiel ordinaire.

Une étude menée par la municipalité de Jérusalem a révélé que la ville a 11,161 appartements appartenant à des résidents étrangers, dont quelque 6000 appartements sont définis comme des «appartements fantômes», où personne ne vit la majeure partie de l’année. À Jérusalem, ces appartements sont concentrés dans certains quartiers, tels que Rehavia, Talbieh, Katamon, la German Colony, Baka et la French Hill. Et en plus, les quartiers ultra-orthodoxes comme Romema, Ramat Eshkol, Sanhedriya et Maalot Dafna.

Bien qu’il soit un taux négligeable d’environ 4,3 % de toutes les unités de logement à Jérusalem, l’impact est répandu, surtout que la plupart des appartements est concentrée dans les quartiers attirants, à proximité des centres de divertissement et des établissements académiques. À Talbieh, par exemple, le  taux d’appartements fantômes est de 18 %. À Rehavia et la German Colony, le taux est de 11 %, et à Kfar David et Mamilla, surplombant la vieille ville, ce phénomène est encore plus fréquent, où les résidents étrangers visitent l’appartement une ou deux fois par an.

Contrairement à Jérusalem, les appartements fantômes à Tel Aviv sont dispersés autour de la ville et ne sont pas concentrés dans certains quartiers. Grâce à un test effectué entre 2013 et 2014, 1400 appartements non utilisés ont été trouvé. À Netanya, selon un rapport du gouvernement, 1,799 appartements non utilisés ont été trouvés, et 3445 de ces appartements ont été trouvés à Haïfa. Dans l’ensemble, il y a environ 12,644 appartements dans les zones attirants qui restent vides pendant la majeure partie de l’année.

La Loi prévoit qu’un appartement fantôme est un appartement à des fins d’investissement ou de loisirs, qui est occupée pour une courte période au cours de l’année. Un appartement est considéré comme un appartement « fantôme » si sa consommation annuelle d’électricité est inférieure de 10% à la moyenne de la consommation nationale. Selon les données publiées dans le rapport du Comité Trachtenberg de 2011, qui repose sur les données reçues de la compagnie d’électricité, il y a environ 46 855 appartements vides en Israël. Les propriétaires de ces appartements sont parfois des résidents étrangers qui possèdent des appartements pour y rester pendant leurs visites en Israël

L’annonce du Trésor donne une approbation finale pour l’augmentation de l’impôt foncier pour les propriétaires des appartements vides. Ces dernières années, un certain nombre d’autorités locales ont déjà commencé à discuter de cette question et percevoir des impôts fonciers plus élevé pour les appartements non utilisés. Ceci s’est produit dans la municipalité de Haïfa, lorsqu’il a été décidé, lors d’une discussion tenue sur ce sujet il y a de cela deux ans pour doubler le taux d’impôt foncier des mètres carrés résidentiel, atteignant jusqu’à 219 NIS par mètre carré par an (au lieu de 45 NIS par mètre carré en moyenne).

La municipalité de Tel Aviv a pris sa première démarche contre les propriétaires des appartements fantômes en mars de cette année, quand elle a envoyé des charges d’impôts fonciers plus élevé aux 1 400 propriétaires qui seront facturés 220.78NIS par mètre carré par an, comparativement à un taux moyen d’environ 46.42 NIS par mètre carré. Une addition estimée par la municipalité d’être 15 000 NIS par an pour chaque appartement. La municipalité de Jérusalem a également pris une mesure semblable quand plus tôt cette année, elle a commencé à envoyer des charges d’impôts fonciers plus élevé  aux propriétaires d’appartements non utilisées à un taux annuel de pas plus que 223 NIS par mètre carré.

Il est temps de faire habiter ces appartements. Après tout, personne ne veut vraiment vivre dans une ville fantôme, même pas les locataires « fantôme ». Tout le monde préfère être dans une communauté vivante et dynamique, qui a des bonnes relations de voisinage et un air convivial.

Nous aimerions connaître votre opinion :

Leave a Reply

Your email address will not be published.