• Spain 16 France Israel america
x
x

Your search results

Pas seulement en Israël: Les pays dans le monde contre Airbnb

Posted by ranit on November 20, 2016
| 0

By Ranit Nahum-Halevi

Même si Airbnb opère dans environ 200 pays et que sa valeur estimée est de 25 milliards de dollars, l’État de New York et d’autres pays du monde ont décidé de s’opposer à l’exploitant du site Web de locations à court terme le plus populaire au monde.

Récemment, l’état de New York a approuvé une loi interdisant aux utilisateurs d’Airbnb de faire la publicité de leurs locations à court terme. Le projet de loi a été approuvé par le Sénat de l’État de New York.  Bien que n’étant pas encore entré en vigueur, l’État a déjà commencé à interdire les locations à court terme. Dans le cadre de la nouvelle loi, les propriétaires qui annoncent leurs offres sur le site Web seront condamnés à une amende allant jusqu’à 7 500 $.

Israël a également exercé une menace contre les propriétaires qui louent leurs biens via le site Web. Récemment, l’autorité fiscale (Impôts) a mené une opération de contrôle envers les propriétaires, en mettant l’accent sur les locations à court terme, afin de poursuivre les propriétaires qui échappent aux impôts.

L’état de New York et d’autres pays sont allés, comme on l’a dit, un peu plus loin. La raison de cette résistance est, entre autres choses, de garder le caractère local de la ville et ne pas l’inonder de touristes. Parmi les principaux opposants figurent les régulateurs et l’industrie hôtelière, qui se plaignent qu’Airbnb entraîne une croissance du nombre de maisons utilisées comme hôtels «illégaux». Une autre opposition a également été soulevée par certains propriétaires qui ont affirmé que les locataires sous-louaient leurs appartements via le site Web.

À San Francisco, la société a dépensé plus de 8 millions de dollars afin d’annuler une proposition visant à limiter les locations à court terme. Berlin a également interdit les locations à court terme et a menacé les contrevenants avec des amendes accrues. La Municipalité de Paris a également opéré contre les sous – locations ces dernières années, avec des amendes allant jusqu’à 25k €. À Barcelone, les autorités locales ont essayé de lutter contre ce phénomène avec des amendes élevées contre les propriétaires d’Airbnb (amendes de 24k €). Ces violations ont résulté, entre autres, a ce que des propriétaires essayant de se soustraire aux lois locales soient interdit de louer des appartements résidentiels privés.

Il semble qu’Israël est sur le point d’entrer dans la liste des pays qui interdisent et amendent les propriétaires qui louent leur appartement via le site Web. En 2013, l’Association des hôtels a lancé un appel à l’autorité fiscale pour également appliquer les lois fiscales sur ceux qui louent des appartements aux touristes, affirmant qu’ils «volent» les clients des hôtels. Selon les données fournies par Airbnb en 2014, plus de 115 000 touristes en Israël ont passé la nuit dans des appartements loués via Airbnb.

Leave a Reply

Your email address will not be published.